Google Art Project : Google service de 17 musées du monde

 

Google a lancé mardi à Londres une plate-forme permettant aux amateurs d’art de se promener virtuellement dans 17 des plus grands musées du monde, dont le MoMA de New York et le Château de Versailles, grâce à sa technologie Street View.
L’outil, familier des utilisateurs du site de cartes « Google Maps » est entré à l’intérieur de chacun des 17 musées pour prendre des vues à 360 degrés, permettant une navigation fluide dans quelque 385 pièces des galeries d’art.
Le site (googleartproject.com) permet de visiter depuis chez soi non seulement Versailles et le Museum of Modern Art (MoMA), mais aussi la National Gallery de Londres, le Rijksmuseum d’Amsterdam, l’Hermitage de Saint Pétersbourg etc.

Plus d’un millier d’oeuvres ont été photographiées et sont accessibles en un clic, avec la possibilité de zoomer pour plus de détails.
« Nous espérons que cela va inciter toujours plus de gens, où qu’ils vivent, à accéder à l’art et à l’explorer avec un luxe de détails nouveau », a commenté Nelson Mattos, vice-président de l’ingénierie chez Google, lors d’une conférence de presse à la Tate Britain, un des musées partenaires, à Londres.
Chacun des 17 grands musées a en outre choisi une oeuvre dont la photographie en haute définition (7 milliards de pixels) permet de voir l’épaisseur du trait ou du coup de pinceau, bien au delà de ce que l’on peut voir à l’oeil nu … surtout dans un musée bondé et à plusieurs mètres du tableau.

Des oeuvres majeures figurent dans ce choix, comme la Naissance de Vénus de Botticelli (Musée des Offices à Florence), La Nuit étoilée de Van Gogh (MoMA, New York) ou la Ronde de Nuit de Rembrandt au Rijkmuseum.
Versailles a proposé pour sa part le célèbre portrait de Marie-Antoinette entourée de ses enfants par Louise Elisabeth Vigée-Lebrun.
Au total, 486 artistes sont représentés, dont les tableaux peuvent être vus « in situ » dans 11 villes de 9 pays.
Les musées partenaires ne craignent nullement une désaffection liée à la mise en ligne des oeuvres. « Notre expérience montre que les gens, une fois qu’ils ont eu un aperçu sur internet, veulent voir le véritable tableau », a constaté Nicholas Serota, directeur de la Tate.

D’autres musées doivent intégrer le projet à l’avenir, selon Google.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s